Act Two, Scene 5

This is the final scene of my play, A Sword Unsheathed, originally written in French and translated into English for publication on the blog. If you haven’t yet read the first scene, you can find it here. You can find all the scenes published so far on this page. The original French version of this scene is found at the end of the post. (Read in French.) Please read the historical note here.

Voici la scène finale de ma pièce, Un sabre dégainé, écrite à l’origine en français et traduite en anglais pour publication sur ce blog. Si vous n’avez pas encore lu la première scène, vous pouvez la trouver ici. Vous pouvez trouver toutes les scènes déjà publiées sur cette page. La version originale en français de cette scène se trouve à la fin de l’article. (Lire en français.) Veuillez lire ici la note historique.

SCENE 5
(Read the previous scene.)

The Characters

ALICE, now about 65 years old
FRANCIS, her grandson, about 7 years old
GILBERT DU MOTIER, the Marquis de Lafayette, now about 67 years old
ROBERT, the Hugers’ slave, now an elderly man

Thirty years later: the year 1825. Charleston. A spring afternoon. A sitting room with a few chairs, a settee, a few other pieces of furniture in the style of the period : a low table in front of the settee, Benjamin’s desk from the plantation house against the wall between two large windows, another small table stage left close to the door. Alice, now 65 years old, well dressed and coiffed, is seated in one of the chairs reading some letters. Through the windows, we see the roofline, some masts with raised sails. Francis, her grandson, is standing at the windows looking into the distance.

FRANCIS (without turning from the windows): He’s coming today, Grandmama?

ALICE (without looking up): Yes, my dear. At least, that’s what they tell me.

FRANCIS: He’s a prince?

ALICE (looking up at Francis, chuckling lightly): No, dear. He’s a marquis. (Smiling a bit, she looks back at her letters.) That’s a little bit like a prince, I suppose. In any case, he’s very important in his country.

FRANCIS: A hero?

ALICE: Yes. A hero there …. (looking at Francis again) … and a hero here. That’s why he’s come. We’re celebrating his return to our country.

FRANCIS (turns back to Alice): Is that why there are flags everywhere?

ALICE: Come. Let’s talk about it again.

(Francis goes to Alice, stand next to her chair.)

ALICE (placing her arm around Francis): The Marquis has been a friend of this family for quite a long time. Do you remember the stories of Uncle Benjamin?

FRANCIS: Who was in the Army back then … who fought against the Britnish in the Revolution?

ALICE: Yes, that’s he. He was my uncle. (Alice gestures for Francis to sit on the settee. Francis sits next to her.) Well, Uncle Benjamin became a hero in that revolution. And the Marquis was a friend of Uncle Benjamin … and of mine … and of Cousin Francis. Do you remember his history?

FRANCIS: Yes, he’s the cousin who crossed the ocean to … to …

ALICE: … to free the Marquis. Exactly. You see?

FRANCIS: Yes. I see, Grandmama.

ALICE: The Marquis is coming today because we’ve lived a long story together. (She reflects.) In fact, it’s been almost fifty years since the last time I saw him.

FRANCIS (wide-eyed, impressed): Fifty?! That many?

ALICE (chuckles): Yes, little one. Even Grandmama was young long ago. (She laughs.)

ROBERT (now an old man with white hair, enters stage left): Miss Alice, the Marquis has arrived.

ALICE: Ah! Thank you, Robert. Please show him in. (Robert nods, exits stage left. Alice turns back to Francis.) Well then, he’s already arrived, my dear. You’ll be good?

FRANCIS (helping Alice to her feet): Always, Grandmama.

ROBERT (carrying a large package, enters stage left accompanied by Gilbert): Miss Alice, the Marquis …

GILBERT (now an old man, crosses the stage quickly in spite of his cane, smiling broadly, his arms open wide): My dear Alice, what a pleasure it is to see you after all these years!

(As Robert places the package on the small table stage left,
Gilbert bows slightly, takes Alice’s hand and kisses it.
)

ALICE: Oh, Gilbert! What a pleasure! Welcome! (smiling) I’d like to present my grandson, Francis.

GILBERT (bowing): Enchanté, Francis. (He looks at Francis with an almost stupefied look, as if he already knew the face.)

FRANCIS (bowing): Enchanté, your grace.

(Robert approaches in order to take Gilbert’s coat.)

GILBERT (handing the coat to Robert): Thank you, Robert. (He bows slightly. Robert returns the gesture, exits stage left. Gilbert turns back to Alice and Francis.)

ALICE (sits on her chair): Please, Gilbert. Have a seat. (Francis remains standing next to Alice.) Tell us everything!

GILBERT (sits on the settee, rests his cane against it): Well, what can I tell you after all these years? It’s been ages since my last visit to Carolina, has it not?

ALICE (chuckles): Almost fifty years, my friend.

GILBERT (laughs): Exactly. Where have the years gone?

ALICE: It is difficult to believe, isn’t it? America must surely seem quite changed since your last visit.

GILBERT: That is certain. I have been touring your country for eight months now. It has evolved from that collection of young colonies into a most majestic country. Boston … New York … Philadelphia … your capital that did not even exist during my last visit to American soil. What a change! Ah, and two weeks again, I was even in the city of Fayetteville in North Carolina! Fayetteville! I did not expect that. (Alice smiles.) And now, beautiful Charleston.

ALICE: The American people are very grateful to you, Gilbert, even after all these years. It’s quite evident no matter where you go, I suppose. Have you noticed the flags in the streets of Charleston for the parade this evening? Ours right beside the French tricolor?

GILBERT (nods): Yes, I have. In all honesty, Alice, the welcome I have received here warms my heart. I have never felt so honored in all my life.

ALICE: For us, this is the return of one of our greatest heroes, Gilbert. And it is we are are honored to receive you.

(Gilbert smiles modestly.
Robert enters stage left with a platter and a tea service.
)

ALICE: Thank you, Robert. You can place it on the table here.

(Robert sets down the tray, bows, and exits stage left.)

GILBERT: It does me good to see Robert, too. Among all the faces from that time, it’s perhaps his that I recognize the most. That’s a bit bizarre, perhaps, but the evening when he led me to the Ravenels to hide from the British is seared into my memory like it was just yesterday. (a short pause) And then again, there are the other faces. (He sighs.)

(a short pause)

FRANCIS: Sir?

(Alice and Gilbert turn their attention to Francis.)

GILBERT: Yes, Francis?

FRANCIS: My cousin Francis — was he your friend? I was named for him.

GILBERT: Yes, Francis. I knew him well, and he was my friend. (He reflects.) In fact, he was about your age when I first met him. (He invites Francis to come closer. Francis sits beside Gilbert on the settee, and listens attentively.) And you resemble him so much. We spent a lot of time together that summer, the summer of 1777. It was just after my arrival in America. It was planned that I would spend several weeks at the home of your … (he searches the right words) … your great-great-uncle: Major Benjamin Huger, Francis’s father. He was a great hero, your great-great-uncle. He was fighting courageously right here in Charleston when he died. His son Nathaniel was also a hero for the cause of Liberty. I feel as if I knew him, as well, even though I never had the chance to meet him. He fell in battle before I even arrived in your country. But Francis — your cousin — he spoke often of Nathaniel.

(He sighs. After a short pause, he continues.)

Francis and I spent some good times together, the two of us. During my stay up at Georgetown — Do you know the place? The old family plantation? — Francis showed me the remarkable beauty of this region : the marshes, the great oaks draped in Spanish moss, the rice and cotton fields. (chucking) He even taught me how to catch crabs with a hook, a line, and morsel of bacon. (He nods, smiling.)

(He pauses for a while to reflect.)

That Francis, your cousin, was also a hero. Although he was young like you during your revolution, his time did eventually come. He freed me from prison during the revolution in my country. You see, events had become more and more violent and radical at that time, and I had become despised in my own country. Nevertheless, my friends elsewhere — your cousin included — worked diligently to help me. And in the end, he sacrificed everything for it. He fell while helping me; he died while protecting me, you see, even though I didn’t realize it at the time. You see, Francis, your family has give so much for the cause of Liberty : for the birth of new country as well as for the life of an old friend. Do you understand? (He touches Francis’s head gently.) You should always be proud of that story. (a short pause) Speaking of that, Alice, Francis, I have brought something for you. Francis, would you bring me the package that is on the table there?

(Francis nods, gets up and walks to the table. Gilbert
continues speaking directly to Alice.
)

We found it after my escape that evening in Moravia. Justus Bollmann, the young doctor who was your cousin’s associate, he kept it in his home for a several years. Finally, when I succeeded in fleeing to Denmark a few years later, Justus presented it me. I have kept it with me ever since that moment … waiting.

FRANCIS (returning with the package): Here it is, sir.

GILBERT (taking the package): Thank you, Francis. So … (He unwraps the the package and pulls out the sword in its scabbard, still attached to the blue silk sash.) … here we are, Alice: the saber that your uncle Benjamin and your cousins Nathaniel and Francis carried. I present it to you with all my gratitude for their sacrifices. (He hands the sword to Alice.)

ALICE (in tears, accepting the sword): Oh, Gilbert. Thank you. What a beautiful gesture! (a short pause) And still with that blue silk sash. (She caresses the sash.) Francis, please come look.

(Francis goes to Alice’s side.)

ALICE: Francis, my grandson, this is a sash that I sewed in 1776. (Francis touches it while listening to Alice.) Our country had just declared its independence, and my cousin Nathaniel had decided to go to war to fight for the liberty of our newly born nation. (She falls silent for a moment, looking at the sash.) The moment is clear in my memory as if I just lived it. (She shakes her head as if awakening from a dream.) In fact, I sewed it so that his little brother Francis could give it to him as a gift. No one knew that it would be the last time we would ever see Nathaniel. (another pause) And Francis, too, he carried it the day he died. See how it’s old, faded … stained. (She sighs.)

(Alice stands, goes to the desk against the wall, and places the sword on it.)

Gilbert, I thank you for bringing it home to us. It will remain forever a memorial to the courage of three great men of the Huger family.

GILBERT (stands up): May their sacrifices be the last.

ALICE (turns towards Gilbert, moved): Yes, Gilbert. Thank you. (She looks to Francis.) May their sacrifices be the last. (a short pause) So, Gilbert, how much time is left before the parade?

GILBERT (looks at his pocket watch): I fear I don’t have much time. In fact, I should be at the city hall to meet the governor in an hour. But, regarding the parade: Alice, Francis, my dear friends, I would like very much to invite you both to accompany me there, and ride in my carriage during the parade. I would be honored to be once again among friends for that moment.

FRANCIS (suddenly getting up): Can we do it, Grandmama? Please?

ALICE (smiles at Francis and looks to Gilbert): Gilbert, my friend, we accept with great pleasure the invitation to accompany our great hero today. In the meanwhile, would you like to see the garden? The weather is so exceptionally beautiful today, and the cherry and pear trees are already in bloom. It would be a waste not to take advantage of the opportunity.

GILBERT (offering his arm): With pleasure, dear Alice.

(Alice places her hand on Gilbert’s arm.
The two exit stage left. 

Francis walks over to the desk and stands there for a moment,
admiring the sword. The lights dim.

Benjamin, Nathaniel, and Francis (adult) enter stage right
and remain standing at a distance, watching Francis (grandson).
)

(Francis picks up the saber, removes it a bit from the scabbard, watches the blade shimmer in the light. He detaches the sash and ties it around his waist. He removes the sword from the scabbard again, admiring the blade. He plays, slashing with the sword a few times. Suddenly, he notices Benjamin, Nathaniel and Francis stage right. He stops and remains frozen for a long moment.)

ALICE (offstage): Francis? Are you coming?

(The lights brighten.
Benjamin, Nathaniel et Francis exit back away stage right.
)

FRANCIS (yells stage left): I’m coming, Grandmama!

(He sheaths the sword, places it on the desk, runs stage left.
He realizes that he’s still wearing the sash. He looks to the sword on the desk.
He looks stage left. After a short hesitation, he removes the sash, runs to the desk,
places it on the sword.)

FRANCIS (looking to the shadows offstage, stage right, in a low voice): May their sacrifices be the last.

(He runs, exits stage left.
The lights dim so that only the sword in its scabbard remains illuminated.
After a moment, the lights go out.
)

Curtain.

— THE END —

* * *

SCÈNE 5
(Lire la scène précédente.)

Les Personages

ALICE, maintenant âgée d’environ 65 ans
FRANCIS, son petit-fils, âgé d’environ 7 ans
GILBERT DU MOTIER, le Marquis de Lafayette, maintenant âgé d’environ 67 ans
ROBERT, l’esclave des Huger, maintenant un vieil homme

Trente ans plus tard ; l’an 1825. Charleston. Une après-midi de printemps. Un salon avec quelques chaises, un canapé, quelques autres meubles dans le style de l’époque : une table basse devant le canapé, le bureau de Benjamin de la plantation contre le mur entre deux grandes fenêtres, une autre petite table à cour près de la porte. Alice, maintenant une femme de 65 ans, bien habillée et coiffée, est assise sur une chaise en lisant des courriers. Par les fenêtres on aperçoit quelques toits, des mâts de navires avec des voiles repliées. Francis, son petit-fils, est debout aux fenêtres en regardant au loin.

FRANCIS (sans se tourner des fenêtres). Il vient aujourd’hui, Mamie ?

ALICE (sans le regarder). Oui, mon petit. Du moins, c’est ce qu’on me dit.

FRANCIS. C’est un prince ?

ALICE (regarde Francis aux fenêtres, fait un petit gloussement). Non, mon petit, c’est un marquis. (Elle sourit un peu, regarde ses lettres de nouveau.) C’est un peu comme un prince, je suppose. En tous cas, il est très important dans son pays.

FRANCIS. Un héros ?

ALICE. Oui. Un héros là-bas … (Elle regarde Francis de nouveau.) … et un héros ici. C’est pourquoi il est chez nous. Nous fêtons son retour dans notre pays.

FRANCIS (se tourne vers Alice). C’est pourquoi il y a des drapeaux partout ?

ALICE. Viens par ici. Parlons-en de nouveau.

(Francis s’approche d’Alice, reste debout à côté de sa chaise.)

ALICE (met son bras autour de Francis). Le Marquis est un ami de cette famille, depuis très longtemps. Est-ce que tu te souviens des histoires d’Oncle Benjamin ?

FRANCIS. Qui était jadis dans l’Armée, qui se battait contre les Brit’niques dans la Révolution ?

ALICE. Oui, c’est lui. C’était mon oncle. (Alice fait un geste pour que Francis s’assoie sur le canapé. Francis s’assoit à côté d’elle.) Alors, Oncle Benjamin est devenu un héros de cette Révolution. Et le Marquis était un ami d’Oncle Benjamin … et de moi … et de Cousin Francis. Est-ce que tu te souviens de son histoire ?

FRANCIS. Oui, c’est le cousin qui a traversé l’océan pour … pour …

ALICE. … pour libérer le Marquis. Justement. Tu vois?

FRANCIS. Oui. Je vois, Mamie.

ALICE. Monsieur le Marquis vient aujourd’hui parce que nous avons vécu une très longue histoire ensemble. (Elle réfléchit.) En fait, ça fait presque cinquante ans depuis la dernière fois que je l’ai vu.

FRANCIS (avec de grands yeux tout ouverts, un air impressionné). Cinquante ?! Autant que ça ?

ALICE (fait un gloussement). Oui, mon petit. Même Mamie était toute jeune à l’époque. (Elle rit.)

ROBERT (maintenant un vieil homme de cheveux tout blancs, entre la scène des coulisses à droite). Madame Alice, Monsieur le Marquis est arrivé.

ALICE. Ah ! Merci, Robert. S’il te plaît fais-le entrer … (Robert hoche la tête, repart en coulisses. Alice se tourne vers Francis.) … Alors, il est déjà arrivé, mon petit. Sois sage, hein ?

FRANCIS (en aidant Alice de se mettre debout). Toujours, Mamie.

ROBERT (portant un gros colis, arrive de cour accompagné de Gilbert). Madame Alice, Monsieur le Marquis …

GILBERT (maintenant un vieil homme, traverse la pièce rapidement alors qu’il porte une canne, ses bras tout ouverts, souriant). Ma chère Alice, quel plaisir de vous revoir après ces décennies !

(Pendant que Robert pose le colis sur la table à cour.
Gilbert fait une petite révérence, prend la main d’Alice, fait un baisemain.
)

ALICE. Oh, Gilbert. Quel plaisir ! Bienvenue chez nous ! (toute souriante) Je vous présente mon petit-fils, Francis.

GILBERT (fait une révérence). Enchanté, Francis. (Il regarde Francis avec un air presque stupéfié, comme s’il connaissait déjà son visage.)

FRANCIS (fait une révérence). Enchanté, votre grâce.

(Robert s’approche pour prendre le manteau de Gilbert.)

GILBERT (en donnant son manteau à Robert). Merci, Robert. (Il fait une petite révérence, Robert rend la pareille, sort à cour. Gilbert se tourne vers Alice et Francis.)

ALICE (s’assoit sur sa chaise). Je vous en prie, Gilbert. Asseyez-vous, s’il vous plaît. (Francis reste debout à côté d’Alice.) Dites-nous tout !

GILBERT (s’assoit sur le canapé, pose sa canne). Alors, que puis-je vous raconter de ces dernières années ? Cela fait une ère depuis ma dernière visite en Caroline, n’est-ce pas ?

ALICE (fait un gloussement). Presque cinquante ans, mon ami.

GILBERT (rit). Effectivement. Où sont passées toutes ces années ?

ALICE. C’est difficile à croire, n’est-ce pas ? L’Amérique vous semble sûrement bien changée depuis votre dernière visite.

GILBERT. C’est certain. Cela fait maintenant huit mois que je fais le tour de votre pays. Il a évolué en pays majestueux de cette collection de jeunes colonies. Boston … New York … Philadelphie … votre capitale qui n’existait même pas lors de mon dernier séjour sur le sol américain. Quel changement ! Ah, et il y a deux semaines, j’étais même dans la ville de Fayetteville en Caroline du Nord ! Fayetteville. Je ne m’attendais pas à cela. (Alice sourit.) Et maintenant, la belle Charleston.

ALICE. Le peuple américain vous est très reconnaissant, Gilbert, même après toutes ces années. C’est bien évident où que vous alliez, je suppose. Avez-vous remarqué les drapeaux dans les rues de Charleston pour le défilé ce soir ? Le nôtre à côté du tricolore ?

GILBERT (hoche la tête). Oui, exact. En toute vérité, Alice, l’accueil que j’ai reçu chez vous me chauffe le cœur. Je ne me suis pas senti si honoré de toute ma vie.

ALICE. Pour nous, c’est le retour d’un de nos plus grands héros, Gilbert. Et c’est nous qui sommes honorés de vous recevoir.

(Gilbert sourit avec modestie.
Robert entre de cour avec un plateau et un service de thé.)

ALICE. Merci, Robert. Tu peux le poser sur la table basse.

(Robert pose le plateau, fait une petite révérence, sort à cour.)

GILBERT. Il fait du bien de revoir Robert aussi. Parmi tous les visages de cette époque, c’est peut-être celui que je reconnais le plus. C’est un peu bizarre, peut-être, mais la soirée où il m’a amené chez les Ravenel pour me cacher des Britanniques est imprimée dans mon esprit comme si c’était hier. Une petite pause. Et puis, il y a les autres visages. (Il soupire.)

(une courte pause)

FRANCIS. Monsieur ?

(Alice et Gilbert donnent leur attention à Francis.)

GILBERT. Oui, Francis ?

FRANCIS. Mon cousin Francis,  il était aussi votre ami ? C’est avec son nom que j’ai été baptisé.

GILBERT. Oui, Francis. Je le connaissais bien et il était mon ami. (Il réfléchit.) En effet, il avait ton âge quand je l’ai rencontré la première fois. (Il invite Francis à s’approcher de lui. Francis passe devant Gilbert, s’assoit sur le canapé à côté de lui. Il l’écoute attentivement.) Et tu rassembles tellement à lui à cette époque. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble cet été — 1777. C’était juste après mon arrivée en Amérique. Il était prévu que je passe quelques semaines chez ton … (il cherche les mots … ton arrière grand-oncle : le Commandant Benjamin Huger, le père de Francis. C’était un grand héros, ton arrière grand-oncle. Il se battait avec courage ici même à Charleston lors qu’il est mort. Son fils, Nathaniel, lui aussi était un héros pour la cause de la liberté. Je me sens comme si je le connaissais, alors que je n’ai pas eu la chance de le rencontrer. Il est tombé en bataille même avant mon arrivée dans ton pays. Mais Francis — ton cousin — il parlait souvent de Nathaniel.

(Il soupire. Après une petite pause, il continue.)

Francis et moi avons passé de bons moments, tous les deux. Pendant mon séjour là-bas à Georgetown — Est-ce que tu connais l’endroit ? L’ancienne plantation de la famille ? — Francis m’a montré la beauté de cette région : les marais, les gros chênes drapés de mousse espagnole, les champs de riz et de coton … (Il glousse.) … il m’a même appris à attraper des crabes avec du fil, un hameçon et un morceau de lard. (Il hoche la tête en souriant.)

(Il fait une petite pause, en réfléchissant.)

Ce Francis, ton cousin, était aussi un héros. Alors qu’il était tout jeune comme toi pendant votre révolution, son moment est enfin arrivé. Il m’a libéré de ma prison pendant la Révolution dans mon pays. Tu vois, les choses s’étaient tournées de plus en plus violentes et radicales à cette époque, et je suis devenu méprisé dans mon propre pays. Toutefois, mes amis ailleurs — ton cousin y compris — ont beaucoup travaillé afin de m’aider. Enfin, il a tout sacrifié pour cela. Il est tombé en m’aidant, il est mort en train de me protéger, tu comprends, bien que je ne le susse pas à ce moment-là.  Tu vois, Francis, ta famille a tellement donné pour la cause de la Liberté : pour la naissance d’un nouveau pays ainsi que pour la vie d’un vieil ami. Tu le comprends? (Il touche doucement la tête de Francis.) Tu devrais être toujours fier de cette histoire. (une courte pause) À propos de cela, Alice … Francis, je vous ai apporté quelque chose. Francis, est-ce que tu peux m’apporter ce colis qui est posé sur la table ?

(Francis hoche la tête, se lève et avance vers la table.
Gilbert continue, 
en parlant directement à Alice.)

On l’a récupéré après ma fuite ce soir-là en Moravie. Justus Bollmann, le jeune médecin qui était l’associé de votre cousin, il l’a gardé chez lui pendant un temps, quelques années. Enfin, quand j’ai réussi à m’enfuir au Danemark quelques ans plus tard, Justus me l’a présenté et je l’ai gardé avec moi depuis ce moment-là … en attendant.

FRANCIS (en retournant vers Gilbert avec le colis). Voilà, monsieur.

GILBERT (prend le colis), Merci, Francis. Alors … (Il déballe le colis, sort le sabre dans son fourreau, toujours attaché à la ceinture en soie.) … voilà, Alice : le sabre de votre oncle Benjamin, de vos cousins, Nathaniel et Francis. Je vous le présente avec toute ma reconnaissance pour leurs sacrifices. (Il présente le sabre à Alice.)

ALICE (en larmes, accepte le sabre), Oh, Gilbert, merci. Quel beau geste ! (Elle fait une courte pause.) Et toujours avec cette ceinture en soie bleue. (Elle caresse la ceinture.) Francis, s’il te plaît, viens voir.

(Francis s’approche d’Alice. Gilbert les regarde.)

ALICE. Francis, mon petit-fils, c’est une ceinture que j’ai cousue en 1776. (Francis la touche en écoutant Alice.) Notre pays venait de déclarer son indépendance, et mon cousin Nathaniel avait décidé de partir en guerre pour se battre pour la liberté de notre nation à peine née. (Elle se tait un moment, en regardant la ceinture.) Ce moment est clair dans ma mémoire comme si je venais de le vivre. (Elle secoue la tête comme si elle se réveille d’un rêve.) En fait, je l’ai cousue pour que son petit frère Francis puisse l’offrir en cadeau, mais personne ne savait que ce serait la dernière fois que nous voyions Nathaniel. (une autre pause) Et Francis aussi, il le portait le jour où il est mort. Tu vois comme elle est vieille, fanée … tachée. (Elle soupire.)

(Alice se lève, marche vers le bureau contre le mur,
pose le sabre dessus.
)

Gilbert, je vous remercie encore de nous l’avoir apporté. Il restera à jamais un mémorial au courage de trois grands hommes de la famille Huger.

GILBERT (se met debout). Que leurs sacrifices soient les derniers.

ALICE (se tourne vers Gilbert, émue). Oui, Gilbert. Merci. (Elle regarde Francis.) Que leurs sacrifices soient les derniers. (une courte pause) Alors, Gilbert, il vous reste combien de temps avant le défilé ?

GILBERT (regarde sa montre à gousset). Je crains qu’il ne me reste pas beaucoup de temps. En effet, je devrais être à la mairie pour rencontrer le gouverneur dans une heure. Mais, à propos de cela : Alice, Francis, mes chers amis, je voudrais bien vous inviter à m’y accompagner et à monter dans mon carrosse pour le défilé. Je serais bien honoré d’être de nouveau parmi mes amis pour ce moment-là.

FRANCIS (se lève subitement). Est-ce que nous pourrions le faire, Mamie? S’il vous plaît ?

ALICE (sourit à Francis, regarde Gilbert). Gilbert, mon ami, nous acceptons avec grand plaisir d’accompagner aujourd’hui notre grand héros. Entretemps, voudriez-vous voir le jardin ? Il fait exceptionnellement beau aujourd’hui, les cerisiers et poiriers sont déjà en fleur. Il serait un tel gâchis de ne pas en profiter.

GILBERT (tend le bras). Avec plaisir, chère Alice.

(Alice pose sa main sur le bras de Gilbert.
Les deux sortent à cour, 


Francis marche au bureau et y reste une minute,
en admirant le sabre. La lumière baisse.

Benjamin, Nathaniel et Francis (adulte) entrent sur scène des coulisses à jardin.
Ils restent debout à distance, en regardant Francis (petit-fils).


Francis retire un peu le sabre de son fourreau, regarde la lame qui scintille dans la lumière.  Il détache la ceinture, la met autour de lui. Il retire le sabre de son fourreau encore une fois, en admirant la lame. Il fait quelques taillades en jouant. Il voit Benjamin, Nathaniel et Francis à gauche. Il s’arrête et reste debout un moment.
)

ALICE (en coulisses). Francis ? Tu viens ?

(La lumière rallume.
Benjamin, Nathaniel et Francis se retirent à jardin.
)

FRANCIS (crie à cour). J’arrive, Mamie !

(Il rentre le sabre dans son fourreau, le pose sur le bureau,
court à cour. Il se rend compte qu’il porte encore la ceinture en soie.
Il regarde le sabre sur le bureau, il regarde à cour.
Après une brève hésitation, il enlève la ceinture, court vers le bureau, la pose sur le sabre.
)

FRANCIS (regardant les ombres en coulisses à jardin, à voix basse). Que leurs sacrifices soient les derniers.

(Il court, sort à cour.
La lumière baisse jusqu’au point que le sabre
dans son fourreau est tout ce qui reste éclairé.
La lumière s’éteint.)

Rideau.

— FIN —

© 2013 Samuel Michael Bell, all rights reserved, tous droits réservés

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s