Act One, Scene 3

This is the third scene of my play, A Sword Unsheathed, originally written in French and translated into English for publication on the blog. If you haven’t yet read the first scene, you can find it here. You can find Act One, Scene 2 here. The original French version of this scene is found at the end of the post. (Read in French.) Please read the historical note here.

Voici la troisième scène de ma pièce, Un sabre dégainé, écrite à l’origine en français et traduite en anglais pour publication sur ce blog. Si vous n’avez pas encore lu la première scène, vous pouvez la trouver ici. Vous pouvez trouver Premier Acte, Scène 2 ici. La version originale en français de cette scène se trouve à la fin de l’article. (Lire en français.) Veuillez lire ici la note historique.

SCENE 3
(Read the previous scene.)

The Characters

BENJAMIN HUGER, plantation owner, about 35 years old
FRANCIS HUGER, his son, about 7 years old
ROBERT, a slave
GILBERT DU MOTIER, the Marquis de Lafayette, about 19 years old

Return to the year 1777. The entry hall of the house, same set as the previous scene. The sword in its scabbard, still attached to the blue silk sash, is lying on the desk. Benjamin enters stage right (from the terrace in scene 1) with Francis and Robert. Robert is helping Benjamin into his coat.

BENJAMIN: Robert, let Alice know that our guest is here.

ROBERT (exits stage left): Yes, master. Everything’s ready in the kitchen.

FRANCIS: I’ll be good, Papa.

BENJAMIN (with an air of absolute seriousness): You should be … (short pause) … in the presence of a king. (He smiles.) Alright, come with me. Let’s welcome our guest, shall we? (He opens the doors of the house, and speaks into the shadows backstage.) Good evening, sir. Welcome to our home!

GILBERT (enters through the doors, wearing a tricorn hat, a blue vest, beige knickers — nothing special in fact — speaking with a distinctive accent): I greet you, Mister Huger. (He removes his hat, and bows gracefully.)

BENJAMIN: Benjamin … please. (He responds with an awkward bow.)

ROBERT (enters stage left and takes Gilbert’s hat, speaks to Benjamin): Master, Alexander’s taking care of the mister’s horse. Alice says dinner’ll be ready in the dining room right away.

BENJAMIN: Thank you, Robert. (Robert exits stage right.) Sir, I hope your voyage wasn’t too … troublesome.

GILBERT: Well, in fact, we saw the sails of a British frigate just before dawn. Happily, my barque reached the coast before sunrise. Thank God. (a short pause) My men have already rejoined the ship’s crew at Georgetown?

BENJAMIN: Indeed. I received news this afternoon from our associates there. Your ship is in port as we speak.

GILBERT: And they found nothing onboard …

BENJAMIN: Just so. (A quiet laugh) Nothing except a cargo of rum and molasses.

GILBERT: How do you say it, “I gave them … my slip?” (He grins.)

FRANCIS (interrupting, speaks directly to Gilbert): You’re a lot younger than I was expecting …

BENJAMIN (exasperated): Francis! Please. (To Gilbert) I apologize, Monsieur le Marquis. I’d like to introduce my son, Francis. Sometimes, he’s … (He looks at Francis with a cocked eyebrow.) … less well-behaved than I’d like.

GILBERT: Messires, I beg of you. (to Francis) It’s a pleasure to meet you, master Francis. (He makes another exaggerated bow, responds to Benjamin) And please, Benjamin. Call me Gilbert. If we are to be friends in this enterprise, that would be more appropriate, don’t you agree?

BENJAMIN: Indeed, Gilbert. (to Francis) Francis, if you please, show the Marquis to Nathaniel’s room so he can freshen up. Gilbert, Alexander’s already taken your things upstairs. I’ll wait for you in the study before we go to the dining room. From what I understand, Alice has prepared a veritable feast to welcome you to our little faraway patch of land.

GILBERT: With pleasure, Benjamin. I’ll follow you, master Francis.

FRANCIS (climbing the staircase with Gilbert, his voice becoming lower and lower): So, it’s my brother Nathaniel’s room. Did you know my brother Nathaniel? He was big like you …

Benjamin sits at his desk. He picks up the saber, removes it a bit from the scabbard, watches the blade shimmer in the light. After a few moments, he sheathes it and places it gently on the desk.

(Continue to the next scene.)

*     *     *

Scène 3
(Lire la scène précédente.)

Les Personnages

BENJAMIN HUGER, propriétaire d’une plantation, âgé d’environ 35 ans
FRANCIS HUGER, son fils, âgé d’environ 7 years old
ROBERT, un esclave
GILBERT DU MOTIER, le Marquis de Lafayette, âgé d’environ 19 ans

Retour à l’an 1777. Le foyer de la maison, même scène que la précédente. Le sabre dans son fourreau, toujours attaché à la ceinture en soie bleue, est posé sur le bureau. Benjamin entre de jardin (de la terrasse de la première scène) avec Francis et Robert. Robert est en train de mettre une veste à Benjamin.

BENJAMIN. Robert, préviens Alice que notre invité arrive.

ROBERT (en partant à cour). Oui, maître. Tout est prêt dans la cuisine.

FRANCIS. Je serai sage, Papa.

BENJAMIN (avec un air sérieux). Tu devrais l’être … (une courte pause) … en présence d’un roi. (Il sourit.) Alors, viens avec moi. Accueillons notre invité, d’accord ? (Benjamin ouvre les portes de la maison, parle vers les ombres en coulisses.) Bonsoir, monsieur. Soyez le bienvenu chez nous !

GILBERT (entre par les portes, portant un tricorne, une veste bleue, des culottes beiges — en effet, rien de spécial, avec un accent particulier). Je vous salue, Monsieur Huger. (Il enlève son chapeau, fait une révérence.)

BENJAMIN. Benjamin, je vous prie. (Il fait une petite révérence gênée.)

ROBERT (arrive de cour, prend le chapeau de Gilbert, parle à Benjamin). Maître, Alexander s’occupe du cheval de Monsieur. Alice dit que le dîner sera prêt de suite dans la salle à manger.

BENJAMIN. Merci, Robert. (Robert se retire à cour.) Monsieur, j’espère que votre voyage n’était pas trop … troublé.

GILBERT. Nous avons vu des voiles d’un navire britannique juste à l’aube, en fait. Heureusement, ma barque a atteint la côte avant le lever du soleil. Dieu merci. (Une petite pause.) Mon équipe aura rejoint le navire à Georgetown ?

BENJAMIN. Justement. J’ai reçu des nouvelles de nos associés cet après-midi. Votre navire est actuellement en port.

GILBERT. Et ils n’ont rien trouvé à bord …

BENJAMIN. Effectivement. (Un rire léger.) Rien à part la cargaison de rhum et de mélasse.

GILBERT. Comment le dites-vous, « J’ai mis … mes voiles » ? (Il sourit.)

FRANCIS (interrompt, parle directement à Gilbert). Vous êtes beaucoup plus jeune que j’attendais …

BENJAMIN (exaspéré). Francis ! S’il te plaît. (à Gilbert) Je m’excuse, monsieur le Marquis. Je vous présente mon fils, Francis. Il est quelquefois … (Il regarde Francis avec un sourcil élevé) … moins sage que je l’attends.

GILBERT. Je vous en prie, messieurs. (à Francis) Je suis très enchanté, monsieur Francis. (Il fait encore une révérence exagérée. À Benjamin) Et je vous en prie, Benjamin. Appelez-moi Gilbert. Si nous voulons être amis dans cette entreprise, cela sera plus convenable, n’est-ce pas ?

BENJAMIN. Effectivement, Gilbert. (à Francis) Francis, s’il te plaît, montre au monsieur la chambre de Nathaniel pour qu’il puisse faire sa toilette. Gilbert, Alexander aura monté vos affaires. Je vous attendrai dans la bibliothèque avant de passer à table. Je crois qu’Alice nous a préparé un véritable régal pour vous accueillir à notre lointain bout de terre.

GILBERT. Avec plaisir, Benjamin. Je te suis, Monsieur Francis.

FRANCIS (en montant l’escalier avec Gilbert, sa voix devient de plus en plus silencieuse). Alors, c’est la chambre de mon frère, Nathaniel. Est-ce que vous l’avez connu, mon frère, Nathaniel ? Il était grand comme vous …

Benjamin s’assoit à son bureau. Il prend le sabre, le retire un peu de son fourreau, regarde la lame qui scintille dans la lumière. Après quelques secondes, il le rentre dans le fourreau et le pose doucement sur le bureau.

(Lire la suite.)

© 2013 Samuel Michael Bell, all rights reserved, tous droits réservés

Advertisements

2 thoughts on “Act One, Scene 3

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s