Act One, Scene 6

© 2013 Wikipedia, used under Attribution-ShareAlike 3.0
Unported license (CC BY-SA 3.0)

This is the sixth scene of my play, A Sword Unsheathed, originally written in French and translated into English for publication on the blog. If you haven’t yet read the first scene, you can find it here. You can find all the scenes published so far on this page. The original French version of this scene is found at the end of the post. (Read in French.) Please read the historical note here.

Voici la sixième scène de ma pièce, Un sabre dégainé, écrite à l’origine en français et traduite en anglais pour publication sur ce blog. Si vous n’avez pas encore lu la première scène, vous pouvez la trouver ici. Vous pouvez trouver toutes les scènes déjà publiées sur cette page. La version originale en français de cette scène se trouve à la fin de l’article. (Lire en français.) Veuillez lire ici la note historique.

SCENE 6
(Read the previous scene.)

The Characters

FRANCIS HUGER, about 7 years old
GILBERT DU MOTIER, the Marquis de Lafayette, about 19 years old

The veranda of the house, same as the first scene, several days later. Morning. Francis and Gilbert are standing next to a column.

FRANCIS (pointing to a place in the distance): … and there’s a creek down there where we go fishing. There’re fish, but mainly crabs and shrimp. We can find oysters, too. Do you like oysters? (He makes a face.) I don’t like them very much.

GILBERT (laughing softly): Oh, it’s all the same to me. When I was at Court, we ate seafood. But, in truth, I prefer the cuisine of my region: Auvergne. It’s a mountainous place in the center of the country, towards the south. There’s not a lot of fish in the dishes. I prefer coq au vin and truffade. You’d like that, I think, truffade … (with eyes open wide) … a lot of cheese!

FRANCIS (chuckles, continues after a short pause): Did you know, sir, that my family comes from France?

GILBERT: Yes, I know. (smiling) With a name like “Huger,” there’s no doubt that there’s good French blood in that heart (pointing at Francis’s chest).

FRANCIS (smiling, suddenly a little disappointed): But, unfortunately, I don’t know how to speak French. Neither does Papa. Alice can read it … (skeptically) … at least that’s what she says. (Gilbert smiles.) It was my grandfather’s grandfather who came here a long time ago. I suppose, in the end, we just forgot how to speak it.

GILBERT: Surely. That’s too bad, but it’s nothing that can’t be remedied with a little effort, huh? Ask Alice to teach you a little.

(A short pause.)

FRANCIS: Sir, what’s it like in France? I mean … you’re a marquis. That’s a sort of little king, right?

GILBERT (chuckling):  Something like that, I suppose. (After a short pause, he sighs.) France. Well, it’s very different there, Francis. The king is the center of the world for us. Power rests in his hands, not in ours. If you want power, you have to submit to the king, flatter him, await his good will. (a short pause while the two look into the distance) Nevertheless, I love my country. She’s my homeland. She’s my mother. France is beautiful, Francis, and I’m convinced that she will have a brillant future … (looking at Francis) … like the future of your country. The world is changing, Francis, and it’s for the better.

FRANCIS: That’s what Papa often says. Our king abuses us, he says. We only want to be left alone but, sometimes, he says, we have to fight for it. (a short pause) That’s why my brother went to war.

GILBERT: Yes, I know. And Francis, your brother was courageous. Always believe that. What he did was not a small thing.

FRANCIS: Yes. I know. That’s what Papa says, too. All the same, I would have preferred for him to stay here with us. (He bites his lip.) I miss him so much. (He looks down at the ground.)

GILBERT (gently touches Francis’s head): I’ve never lost a brother, Francis, but I think I understand your pain. (a short pause) Tell me: how old do you think I am?

FRANCIS (looks intently at Gilbert): Uh, I don’t know. You’re not old like Papa, like I imagined before you came.

GILBERT (laughing): Your father is not an old man, Francis!

FRANCIS: No, but you’re a lot younger than I expected. Young like my brother.

GILBERT: Yes. You’re right. I am young like your brother, Francis. In fact, I’m nineteen years old.

FRANCIS: But you’re already a marquis.

GILBERT: That’s precisely why I understand you, Francis. (a short pause) I never knew my father. He died in battle when I was a baby. That’s how I became a marquis. And my mother, well, she left us when I was only twelve. That was a very difficult thing to live as a young boy.

(Silence for a while.)

FRANCIS: I never knew my mother, sir. She died just after I was born. But Nathaniel, he knew her. He often told me how beautiful she was. (a short pause) I have a portrait of her. Would you like to see it?

GILBERT (nodding his head): Yes, I’d like that very much.

(Francis takes a small portrait from his pocket and shows it to Gilbert.)

GILBERT: Nathaniel was right, Francis. She was beautiful. (He gives the portrait back to Francis, who puts it back in his pocket.)

FRANCIS: Are you married, sir?

GILBERT: Yes. I have a wife who’s waiting for me in France.

FRANCIS: Do you miss her?

GILBERT: Oh yes, very much. And she misses me as well, but she understands why I am here. She understands what I am doing here, that I will be in America for a year, two years perhaps. You see, Francis … (Gilbert hesitates, reflecting …) Sometimes, a moment comes when we have to make sacrifices, when we have to make difficult decisions for a struggle, for a cause that is greater than ourselves. (Gilbert and Francis sit down on the steps.) That’s precisely what your brother did when he went to war. That’s precisely what I did when I left my country and my wife. I knew at that moment what I had to do. It was something that I felt in the depths of my soul, you see. It was as if my heart were speaking. Do you understand me?

FRANCIS: Yes sir, I think I understand you.

GILBERT (smiling): Francis, if you want, you can call me Gilbert. I’d like that.

FRANCIS: All right. Thank you. I understand, Gilbert. (smiling) It’s like Nathaniel always told me: The time always comes. You’ll know when it does.

GILBERT: Yes, Francis. That’s it. That’s it exactly. You’ll know when it comes. (a short pause)  So, are you going to show me that creek? Perhaps we could come back with some crabs for lunch, huh?

(In a lighter mood, the two get up and exit stage right.)

(Continue to the next scene.)

*     *     *

SCÈNE 6
(Lire la scène précédente.)

Les Personnages

FRANCIS HUGER, âgé d’environ 7 ans
GILBERT DU MOTIER, le Marquis de Lafayette, âgé d’environ 19 ans

La terrasse de la maison, pareil à la première scène, quelques jours après. Matin. Francis et Gilbert sont debout près d’une colonne.

FRANCIS (indiquant un endroit au loin avec sa main). … et il y a une crique là-bas où on va à la pêche. Il y a des poissons, mais surtout des crabes, et des crevettes. On peut trouver aussi des huîtres. Est-ce que vous aimez les huîtres ? Il fait un regard de refus. Moi, je ne les aime guère.

GILBERT (rit légèrement). Bah, cela m’est égal. Lorsque j’étais à la Cour, on mangeait des fruits de mer. Mais, en vérité, je préfère la cuisine de ma région. C’est l’Auvergne. C’est une région de montagnes qui se trouve dans le centre, vers le sud. Il n’y a pas donc beaucoup de poisson dans les plats. Moi, je préfère le coq au vin et la truffade. Tu l’aimerais, je crois, la truffade … (avec de grands yeux tout ouverts) … beaucoup de fromage !

FRANCIS (glousse, continue après une petite pause). … Ma famille vient de France, monsieur. Vous le savez ?

GILBERT. Oui, je le savais. (Il sourit.) Avec un nom comme « Huger », il n’y a aucun doute qu’il y a du bon sang français dans ce cœur-là. (Il indique la poitrine de Francis avec son doigt.)

FRANCIS (sourit, subitement prend un air un peu déçu). Mais, malheureusement, je ne sais pas parler le français. Papa non plus. Alice, elle peut le lire … (avec un regard sceptique) … du moins, c’est ce qu’elle dit. (Gilbert sourit.) C’était le papi de mon papi qui est venu ici à l’époque. Je suppose que nous avons juste oublié le parler enfin.

GILBERT. Sûrement. C’est dommage, mais ce n’est rien qui ne peut pas être réglé avec un peu d’effort, hein ? Demande alors à Alice de t’apprendre un peu.

(une petite pause)

FRANCIS. Comment est-ce en France, monsieur ? Je veux dire … vous êtes un marquis. C’est un peu comme un petit roi, n’est-ce pas ?

GILBERT (fait un gloussement). En quelque sorte, je suppose. (Après une petite pause, Gilbert soupire.) La France. Alors, c’est tellement différent là-bas, Francis. Le roi est le centre du monde pour nous. Le pouvoir reste dans ses mains, pas dans les nôtres. Si on veut du pouvoir, on doit se soumettre au roi, le flatter, attendre ses bénéfices. (Une petite pause alors que les deux regardent au loin.) Néanmoins, j’aime mon pays. C’est ma patrie. C’est ma mère. La France est belle, Francis, et je suis convaincu qu’elle aura un avenir brillant … (Il regarde Francis.) … comme l’avenir de ton pays. Le monde est en train de se transformer, Francis, et c’est pour le meilleur.

FRANCIS. C’est ce que Papa dit souvent. Notre roi abuse de nous, il dit. On ne veut qu’être laissés tranquilles mais, parfois on doit se battre pour ça, il dit. (une petite pause) C’est pourquoi mon frère est allé en guerre.

GILBERT. Oui, je le sais. Et ton frère, Francis, il était courageux. Crois-le toujours. Ce n’est pas une petite chose qu’il a faite.

FRANCIS. Oui. Je le sais. C’est ce que dit Papa, aussi. Je préférerais qu’il soit resté avec nous quand même. (Il mord sa lèvre.) Il me manque tellement. (Il regarde par terre.)

GILBERT (touche doucement la tête de Francis). Moi, je n’ai jamais perdu un frère, Francis, mais je crois comprendre ta douleur. (une petite pause) Dis-moi : quel âge penses-tu que j’ai ?

FRANCIS (regarde Gilbert attentivement). Euh, je ne sais pas, monsieur. Vous n’êtes pas vieux comme Papa, comme j’imaginais avant votre arrivée.

GILBERT (rit). Ton père n’est pas un vieil homme, Francis !

FRANCIS. Non, mai vous êtes beaucoup plus jeune que j’attendais. Jeune comme mon frère.

GILBERT. Oui. Tu as raison. Je suis jeune comme ton frère, Francis. En effet, j’ai vingt ans.

FRANCIS. Mais vous êtes déjà un marquis.

GILBERT. C’est justement pourquoi je te comprends, Francis. (une petite pause) Je n’ai jamais connu mon père. Il est mort en bataille quand j’étais bébé. C’est ainsi que je suis devenu marquis. Et ma mère, alors, elle nous a quittés quand je n’avais que douze ans. C’était un moment très difficile à vivre en tant que jeune garçon.

(silence pendant un moment)

FRANCIS. Je n’ai jamais connu ma mère, monsieur. Elle est morte juste après que je suis né. Mais Nathaniel, il la connaissait. Il m’a souvent dit comme elle était si belle. (une petite pause) J’ai un portrait d’elle. Est-ce que vous voulez le voir ?

GILBERT (hoche la tête). Oui, je l’aimerais bien.

(Francis sort un petit portrait de sa poche, le montre à Gilbert.)

GILBERT. Nathaniel avait raison, Francis. Elle était belle. (Il redonne le portrait à Francis, qui le remet dans sa poche.)

FRANCIS. Êtes-vous marié, monsieur ?

GILBERT. Oui. J’ai une femme qui m’attend en France.

FRANCIS.  Est-ce qu’elle vous manque ?

GILBERT. Oh oui. Tellement. Et je lui manque aussi. Mais elle comprend pourquoi je suis là. Elle comprend ce que fais ici, que je serai en Amérique pour un an, deux ans peut-être. Tu vois, Francis … (Gilbert hésite, en réfléchissant.) … Parfois il arrive des moments où on doit faire des sacrifices, où on doit prendre des décisions difficiles pour lutter, pour se battre pour une cause plus grande que nous-mêmes. (Gilbert et Francis s’assoient sur les marches.) C’est justement ce que ton frère a fait lorsqu’il est parti en guerre. C’est justement ce que j’ai fait lorsque j’ai quitté mon pays et ma femme. Je savais à ce moment-là ce que je devais faire. C’était quelque chose que je ressentais dans les profondeurs de mon âme, tu vois. C’est comme si mon cœur me parlait. Est-ce que tu me comprends ?

FRANCIS. Oui, je pense que je vous comprends.

GILBERT (sourit). Francis, si tu veux, tu peux me tutoyer. Je l’aimerais bien.

FRANCIS. D’accord. Merci, monsieur. Je te comprends. (Il sourit.) C’est comme Nathaniel m’a dit : Le moment arrive toujours. Tu le sauras quand il arrive.

GILBERT. Oui, Francis. C’est ça. C’est justement ça. Tu le sauras. (Une petite pause.) Alors, est-ce que tu me montreras cette crique ? Nous pourrions peut-être retourner avec quelques crabes pour le déjeuner, hein ?

Les deux se lèvent avec un air plus léger et sortent de scène à jardin.

(Lire la suite.)

© 2013 Samuel Michael Bell, all rights reserved, tous droits réservés

Advertisements

4 thoughts on “Act One, Scene 6

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s